Région Centre : le réseau est-il résigné ?

Syndrôme CIPSLes constats sont multiples :

Les équipes sont débordées de priorités : emplois d’avenir, ANI2, ANI3, CIVIS, parrainage… et bientôt la garantie jeune. Les dispositifs se font concurrence mais ce n’est pas ça qui compte… L’essentiel est qu’ils soient tous « remplis » !

Les équipes sont débordées d’objectifs : toutes les réunions d’équipes ne parlent plus que de cela : chiffres, chiffres et chiffres ! La qualité ? Quand elle est abordée, c’est plus pour la forme parce que finalement, il n’y a que la quantité qui compte. Atteindre les résultats, réussir les objectifs… telles sont nos nouvelles directives !

Les équipes sont débordées de travail : on voit apparaître des licenciements, les non-remplacements de salariés en arrêt, les turn-over permanents dans les équipes… Mais les jeunes sont là, et toujours plus nombreux. Nos portefeuilles augmentent et atteignent jusqu’à 200 jeunes… Jusqu’où irons-nous ? Serons-nous, en plus et comme à Pôle Emploi, chronométrés pendant nos entretiens pour pouvoir recevoir tous ces jeunes ?

Les équipes sont débordées… tout simplement ! Toute cette pression n’aboutit qu’à une seule chose : la mise en concurrence des structures entre elles, des salariés entre eux. Diviser pour mieux régner… est-ce là la stratégie de nos financeurs et de nos directions ? Cette comparaison permanente n’a qu’un seul effet… démobiliser des salariés qui ont davantage besoin de soutien et d’appui pour travailler efficacement. D’ailleurs… pour qui travaille-t-on aujourd’hui ? Les jeunes ?!?

Bon de colère– Face à tout cela, les équipes débordent d’énergie… euh, non… de colère ! Enfin, peut-être… En fait on ne sait pas !?! On sait que certains, dans leur coin, résistent, s’organisent… Mais les autres ? Sont-ils résignés ???

Êtes-vous résignés…
Au point de ne plus pouvoir vous exprimer ???

– En Décembre 2012, nous avons lancé un questionnaire sur les acquis sociaux dans les structures de notre région. 42 salariés (sur environ 400 dans notre région) se sont donnés le temps d’y répondre…
– En Septembre 2013, nous vous avons proposé de nous faire remonter vos remarques, réactions… sur la mise en place des emplois d’avenir dans vos structures. 3 retours par mail à ce jour !

Que faut-il faire ??? Nous ne baissons pas les bras !!!

En novembre, nous organisons une réunion d’informations syndicales dans chacun des départements de notre région (Carte des réunions d’informations syndicales). Ces réunions nous permettront de vous informer sur notre action syndicale en région et au niveau national. Mais elles sont également là pour vous donner la parole. Nous avons tellement de choses à partager et à mutualiser.

Nous croyons au poids du collectif.
E
t pour qu’il soit fort, il doit exister dans chaque Mission locale,
grâce à l’implication solidaire de tous !

 Plus que jamais, nous comptons sur vous pour nous faire avancer.
Ensemble aujourd’hui, plus forts demain !

Cette entrée a été publiée dans Région Centre. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Région Centre : le réseau est-il résigné ?

  1. Carine NECTOUX dit :

    A la question : Le réseau est-i résigné? Je réponds oui pour toutes les raisons que vous listez et bien d’autres souvent locales sur les organisations de travail, les gestions d’équipes et de tous ces objectifs, la résignation des équipes, le manque de collectif et « culture réseau », l’histoire de chaque ML, les prises de conscience ou pas des Politiques sur l’insertion des jeunes et le manque de reconnaissance de nos métiers…
    Pourquoi je n’ai pas répondu au questionnaire sur les emplois d’avenir?
    Là aussi plusieurs raisons. Vos mails arrivent au milieu des centaines de mail hebdo, je les mets de côté pour y répondre plus tard…mais manque de temps. D’autre part nos structures ou l’animation régionale nous demandent de faire remonter les dysfonctionnements concernant la mise en place des formations en emplois d’avenir. Je devrais aussi y répondre mais à quoi bon puisque l’on passe notre temps à rendre des comptes, à saisir des données…tout cela s’ajoutant à la charge de travail toujours croissante en particulier avec l’arrivée de ces emplois d’avenir, alors que beaucoup de points n’ont pas été pensés avant la mise en place de cette mesure(les négo des branches professionnelles…). Nous devons être des supers conseillers accompagnants(car on nous rappelle quelques fois que c’est notre coeur de métier!), des négociateurs en entreprise, des conseillers en formation mais aussi des commerciaux pour certains organismes(exemple des visas compétences avenir), des super médiateurs dans l’emploi au moment de ce fameux bilan d’intégration 3 mois après le démarrage de l’EA (c’est souvent à ce moment que les problèmes de comportement jeune et/ou salarié apparraissent)…j’ai encore pleins d’autres exemples.
    Oui je ne prend pas le temps de répondre à vos mails car j’en ai marre des ces mails, je n’ai pas le temps pour faire tout le travail demandé… dans ce climat tendu partout autour de nous, j’ai besoin de vous rencontrer de manière collective, d’échanger avec vous en tant que syndiqué mais surtout en tant que salarié du réseau.
    J’ai pu prendre le temps de laisser ce commentaire du fait de l’absence d’un rendez vous ce matin et la question sur le réseau résigné m’a fait réagir. Il faut nous Réveiller!

  2. François Guérin dit :

    Bonjour,
    Non, nous ne sommes pas insensibles :
    De mémoire, on a été certains nombre à manifester contre la CPO il y a quelques années et on a vu le résultat. Aucun. Une fois de plus, ce fut la capitulation en rase campagne. Non seulement, c’est pas mieux mais c’est pire qu’avant.
    Je suis volontiers d’accord avec le constat que vous établissez ici. On signerait des deux mains. Parce qu’en effet tous les conseillers et conseillères ont tout sauf envie de devenir des conseillers Pôle Emploi. Nous avons tous envie de retrouver ces actions qui, certes, ne permettaient pas de faire du chiffre mais de remobiliser les jeunes par des thématiques transversales. Nous aimerions tous aussi pouvoir s’occuper de tous nos jeunes de la même manière et pas ceux là en priorité plutôt que ceux-là. Nous aurions apprécié que la mesure Emploi d’Avenir ne fut pas dévoyée sous les diverses pressions des employeurs et du gouvernement. Nous serions heureux de pouvoir envisager le jeune dans sa globalité et non comme un chiffre. Ce n’est pas le cas et il nous faut de plus en plus d’imagination ou d’insoumission au quotidien pour pouvoir continuer à faire notre travail dans l’idée qu’on se fait de lui… Toutefois, si vous, vous plaignez du peu de mobilisation, dîtes vous aussi que les précédentes luttes n’ont pas été couronnées de succès, que nos salaires sont gelés malgré les objectifs de plus en plus importants, les sous effectifs ou la pression. Pire, nous sommes devenus des VRP en prospection mais sans la prime accordée aux VRP… Non, il faut supposer que l’on doit se payer en merci des jeunes qu’on arrive bon gré, malgré à placer ici ou là…Ce qui est certain c’est que nous n’avons pas les moyens de faire grève parce que premièrement, comme depuis toujours, les financeurs jouent sur le fait qu’on ne fermera jamais et qu’on ne fera jamais grève parce que les seuls à en pâtir seraient les jeunes et que de toute façon, vu ce que nous sommes payés et le coût de la vie du moment, nous ne tiendrions pas deux jours.
    Enfin, je m’interroge toujours sur d’un côté ce discours volontariste pour tenter de défendre nos statuts et plus globalement le sort des Mission Locales et des jeunes qu’elles accompagnent mais à côté de ça votre centrale a signé L’Accord National Interprofessionnel. Un accord sur l’accroissement de la compétitivité etc…Enfin, bref, tout ce que vous dénoncez pour les missions locales, quoi…Je comprends que beaucoup s’y perdent.
    Bref, je sais pas ce qu’il serait judicieux de faire pour changer les choses mais j’ai une petite idée sur les choses qui n’auraient pas dues être mises en place et que votre syndicat a laissé se mettre en place.
    Mais soyez certains, que si des moyens de luttes efficaces et mobilisateurs sont mis en place, je serais le premier à y participer. Bon courage à vous et à nous aussi, du coup…

    • Vincent BEAUGNIER dit :

      Je vous remercie de votre commentaire !
      – Dans le fonds, je suis d’accord avec vous (et vous l’étiez avec moi !!!) qui partagez la dérive de notre métier et le peu de moyens qui vont avec, aussi bien pour les jeunes que pour les salariés d’ailleurs !

      – Je suis « rassuré » sur votre implication en cas de lutte, qu’on espère toujours la plus efficace possible… mais est-ce que ne rien faire n’est pas pire ?… Sans rentrer dans une grève illimitée (quoique la CFDT est la seule organisation syndicale à verser une indemnité journalière à tous ses adhérents dès le troisième jour de grève !), qui mieux que nous pouvons faire entendre à nos financeurs la réalité du terrain ?…

      – Je vous sens un peu moins « engagé » auprès de la CFDT que moi !!! C’est votre choix… C’est une question de temps ?! (non, je plaisante !) Vous évoquez les positions prises par la confédération CFDT sur l’ANI ou d’autres choses qu’on a laissé se mettre en place. Ça demanderait un peu plus de détail… J’évoquerai d’abord les positions prises par le Synami sur plusieurs sujets qui nous concernent directement et qui auraient apporté de réelles avancées pour de nombreux salariés (carence maladie, classification entre autre) et qui ont été « démontées » par l’intersyndicale CGT/FO et parfois CFTC au point qu’aujourd’hui, non seulement les salariés n’ont pas vu leur situation s’améliorer, mais l’UNML est quasiment sur le point de ne plus vouloir négocier non plus !!! Je ne ferai pas le détail de quelques actions locales qui ont permis à des collègues de sortir de situations conflictuelles ou de faire tout simplement appliquer le droit du travail ou la convention collective… Je ne veux pas vous convaincre particulièrement, mais sachez-le, ça existe réellement ! Heureusement me direz-vous !!!

      – Pour le reste, c’est avec plaisir que je vous propose de venir en discuter lors de la réunion d’informations syndicales organisée par le Synami-CFDT (oui, parce qu’à ma connaissance, il n’y a que nous qui prenons la peine de venir rencontrer les salariés du réseau ML dans les départements de notre région…) qui se déroulera à Mainvilliers le Mercredi 13 Novembre en matinée (une info va être diffusée aux salariés de la région très rapidement, la carte étant disponible en lien dans l’article que vous avez commenté). D’ailleurs, nous avions organisé une réunion en Décembre dernier et nous avions dû l’annuler faute de participants… quel dommage, pour une fois qu’on pouvait débattre !!!
      Je reconnais assez volontiers qu’en attendant de voir les salariés dans leur département, notre premier moyen de communication (en dehors de notre site Internet) reste les mails et quoi de plus frustrant que de ne pas avoir de retour, même s’ils sont critiques… Donc je vous remercie de nouveau pour votre commentaire. Cela nous donne des perspectives pour développer notre action syndicale.
      J’espère (vraiment) que vous serez des nôtres le 13 novembre prochain… Même si les emplois du temps sont chargés, il me paraît intéressant de confronter/partager nos points de vue et d’échanger sur ce qui se passe dans nos structures. A défaut… n’hésitez pas à sensibiliser vos collègues !

      Et vous avez raison, bon courage à vous (et nous aussi !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *