Gros désarroi ! De la colère aussi… et de la crainte pour l’avenir.

Déception générale et incompréhension du Bureau Régional sur l’échec de l’avancée du point et sur la position de l’intersyndicale CGT-CFTC-FO sur la perte des délais de carences.

Le Bureau Régional exprime sa vision globale sur notre réseau.

Notre pouvoir d’achat devient une nécessité de survie, et il continue de baisser quand nos factures augmentent. Nos collègues affirment aimer leur métier quoiqu’il advienne, mais aujourd’hui ce sont les jeunes qui nous font tenir… Il y a comme un problème, non ?

Rien ne nous tire vers le haut : ni les indicateurs de performance de la CPO, ni les outils de gestion de plus en plus lourds. Nous ne sommes plus en contexte de développement de partenariats ou d’actions, le mot « projet » a été rayé de la carte, nous essayons juste de tenir encore la tête hors de l’eau ! Le métier d’accompagnement est maintenant d’une complexité ahurissante : les saisies sur des logiciels alambiqués qui sont au service des financeurs et non des bénéficiaires ni des professionnels accompagnants, les situations des jeunes qui sont très alarmantes de précarité et de violences, les solutions à proposer qui disparaissent de jour en jour…

Comment continuer dans cette hypocrisie généralisée ? Là où le Pôle Emploi a des enveloppes supplémentaires pour renforcer ses équipes, nous sommes perpétuellement en galère, à l’affût du moindre euro pour économiser des bouts de chandelles et sauver des morceaux de postes. Le plan de relance, l’ANI et maintenant les emplois d’avenir incitent à embaucher sur le mode du stop and go : CDD, contrats aidés et services civiques fleurissent dans nos structures, ce qui entraine une précarisation de nos emplois et de notre cœur de métier. Il va falloir passer l’étape des ronds de jambes politiques et des figures de rhétorique car nous ne donnons pas cher de notre société d’ici peu de temps si le système continue comme cela…

S’il faut attendre que cela explose pour prendre conscience que le rôle des salariés ML est essentiel comme soupape sociétale, alors allons-y… Laissons prendre l’incendie. En attendant, nous sommes toujours là pour véhiculer encore des valeurs d’humanité, de solidarité, et de foi en notre jeunesse. Qui dit mieux et qui fait mieux que cela ?

Le Synami est le dernier bastion qui amène encore un peu d’espoir à un réseau qu’il connaît bien et a encore la force de batailler dans l’intérêt des salariés.
Pour le reste, les salariés jugeront. Ils en auront l’occasion dans quelques semaines lorsque les organisations syndicales du réseau solliciteront vos suffrages à l’occasion de la consultation nationale de représentativité syndicale.

Nous sommes fiers d’être adhérents et actifs au Synami.
Ensemble aujourd’hui, plus forts demain !

Cette entrée a été publiée dans Région Centre. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *