Révision de la classification (suite)

Les propositions à la négociation d’avril (source Synami)

Le groupe de travail paritaire préparant cette révision s’est réuni le 1er mars, normalement pour la dernière fois puisque l’étape « négociation » commence.
Nous publions le document de travail des nouvelles compétences qui ont été identifiées et leur répartition dans les emplois repères (ce qui est nouveau est en bleu).

>> liste des emplois repères de la CCN des ML et PAIO cpnn 4-4-12-1 <<
(Étude du groupe de travail paritaire)

Les instances nationales du Synami sont en plein débat pour vérifier si les propositions qui sont sur la table permettent de progresser sur nos objectifs de meilleure reconnaissance des compétences et l’accroissement des possibilités d’évolutions professionnelles, le tout dans une classification lisible, opérationnelle et équilibrée. Nous sommes évidemment preneur de toutes les réflexions et observations qui permettraient d’améliorer la proposition sur la table.

Les nouveautés ne manquent pas, et citons entre autre :
La nouvelle filière « Études Observation Ingénierie »,
La mise en place et la reconnaissance de compétences notées 12 et 15 pour les administratifs,
L’intégration des salariés du nettoyage et de l’entretien,
La prise en compte des compétences régionales,
La transversalité de certaines compétences comme celles qui définissent le chargé de projet, qui ne seraient plus « réservées » à la filière conseiller,
La création d’un « conseiller chargé de mission » coté 13.

Cette dernière proposition sera sans doute la plus débattue, ne serait-ce que parce que c’est celle qui pourrait impacter le plus de salariés et parce que 3 autres syndicats ont annoncé s’y opposer.
Pour le Synami, ce qui est important et que nous devons réussir, c’est de permettre l’ouverture d’une progression pour les conseillers qui se retrouvent dans leur immense majorité bloqués en cotation 12 parce sans possibilité d’évolution comme chargé de projet. Investir la cotation 13, qui existait déjà, avec une évolution du conseiller vers chargé de mission, pourrait ouvrir une véritable perspective, qui reste sans doute à travailler et à affiner.
Cette réforme de la classification serait l’évolution le plus importante de la convention collective depuis 10 ans.
Rappelons tout de même, pour relativiser un peu, que n’importe quel système à ses qualités et ses défauts, et qu’il n’y aura pas de progrès, quelques soient nos « brillantes » réformes, si sur le terrain, au local dans les structures, il n’y a pas la volonté de faire évoluer les salariés et de favoriser les progressions. Il y a beaucoup trop de structures où l’on cantonne les salariés aux minimas, où les « administratifs » sont peu ou pas reconnus et vraiment très mal payés, où le problème pour les conseillers n’est pas le blocage à la cotation 12, mais le blocage général au niveau 11 ! Cette révision doit aussi être l’occasion d’une mise en place de vraies politiques de ressources humaines là où elles sont pour l’essentiel inexistantes.

Réussir cette réforme est un enjeu pour tous, elle doit donner un peu d’air, un peu de profondeur, un peu de perspective, et donc un peu de progression à nos parcours professionnels. Mais elle ne comblera pas l’autre grande question sociale : la faiblesse de nos salaires, surtout en cette période de blocage de la valeur du point. Le Synami continuera à revendiquer en parallèle une hausse générale des indices professionnels.

Cette entrée a été publiée dans Synami. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *