Le Synami CFDT, première organisation syndicale du réseau des Missions Locales

Une responsabilité que nous assumerons dans l’intérêt supérieur des salariés.

Il y a 4 ans, notre syndicat était majoritaire à 43,21% (cf. http://synami-cfdt.fr/spip.php?article342). Cela nous permettait de signer un accord de branche (30% minimum) mais nous restions soumis au droit d’opposition des autres organisations syndicales.

Ce mécanisme, rappelez vous, avait permis le fait que les accords signés par la branche sur la classification professionnelle ou la prise en charge des carences maladie n’entrent pas en vigueur (droit d’opposition exercé par la CGT, FO et la CFTC).

Aujourd’hui, la loi sur la représentativité syndicale s’étant adaptée, c’est bien l’implantation réelle dans les structures qui fait foi. Autrement dit, c’est la présence de représentants du personnel dont la liste a été portée par un syndicat au 1er tour des élections qui donne le poids de chaque organisation.
La parution de la mesure de représentativité 2013 -2017 a livré son verdict. Le Synami CFDT devient majoritaire avec 49,19% au global et en pondéré 57,65%* dans la branche Missions Locales (sur un nombre de votes validés qui passe de 4646 à 8135)

LES RESULTATS POUR LA BRANCHE ML

Que dire d’un tel résultat ?
Il récompense des années de travail de terrain, de présence au plus près des salariés et d’engagements dans les structures, et de combats au niveau national pour la CCN. C’est aussi la validation d’un travail d’équipe, une équipe large, très large :

  • Ce sont des sympathisants, des adhérents, des militants, des représentants du personnel et des délégués syndicaux.
  •  Ce sont aussi des délégués régionaux, des mandatés négociateurs en commissions paritaires, des membres élus dans notre Conseil Syndical et au Bureau National.

Ce sont, au final, un bon millier de femmes et d’hommes, collègues salarié(e)s militant(e)s qui mettent à profit leurs compétences et leur envie de faire ensemble au service des 13000 salariés de la branche.
Alors, oui ! Nous sommes fiers et reconnaissants que notre investissement soit distingué. Que toutes les personnes citées soient remerciées.

Au niveau de la négociation nationale, plus qu’un changement, c’est une révolution !
Seul la CGT reste en capacité de signer un accord car FO, CFTC et CFE CGC quittent la branche faute d’avoir atteint la barre des 8%. Et si la CGT peut signer des accords, elle est surtout dans l’incapacité de s’opposer aux accords de progrès.

Allons nous changer ? Non !
Nous agirons toujours de la même manière. Nous continuerons à écouter et à porter toutes les idées porteuses d’avancées sociales, d’où qu’elles viennent. Nous nous servirons de moyens nouveaux pour améliorer la structuration du syndicat, son service juridique et sa présence sur le terrain. Nous serons, encore et toujours, au plus au près de tous pour accompagner chacun !

Beaucoup de chantiers doivent avancer : c’est notre défi des 4 prochaines années. Et le syndicalisme « réformiste de combat » – que nous portons – aidera à de nouvelles conquêtes !
ENCORE MERCI A TOUS et que l’aventure 2017 – 2021 commence…

Le Conseil Syndical National Synami CFDT Le 4 avril 2017 – Paris

Publié dans Synami | Laisser un commentaire

Lettre d’informations n°10

Au sommaire de cette  nouvelle lettre d’informations
(il était temps, nous vous l’accordons !) :

  • Vie du Bureau : Changements en 2016 / NAO / RIS
  • Infos Régionales : Un nouvel outil des ML du 28 : AZ Projet / Retour sur la Garantie Jeunes
  • Actualité nationale : Faisons remonter vos questions sur l’insertion aux candidats à la Présidentielle

Retrouvez l’intégralité de notre lettre en pièce jointe en cliquant sur le document ci-dessous.

N’hésitez pas à parler de cette lettre à tous vos collègues et à l’afficher dans vos structures !

Bonne lecture.

Publié dans Région Centre | Laisser un commentaire

Bonne année !

Toute l’équipe du bureau régional vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2017.
Que cette année nous permette de gagner les défis qui nous appellent…

Publié dans Région Centre | Laisser un commentaire

Paroles de professionnels

Récits de la vie au travail en TPE
Laurent Tertrais
Extrait de la revue CFDT Cadres – Année 2016 – Revue n°470

Tenir un service public

Frédéric Norguet est directeur adjoint d’une Mission Locale – espace d’accompagnement global au service des jeunes de 16 à 25 ans – en Indre-et-Loire. Indépendante, elle fonctionne comme une TPE avec la particularité d’avoir des missions de services publics.

Autre particularité : sa gouvernance. Une quinzaine de personnes qui travaille dont la moitié comme conseillers spécialisés dans l’insertion sociale et professionnelle. La fonction de direction pilote « l’entreprise » avec des objectifs annuels de mise en emploi et/ou en formation. La fonction de direction adjoint fait office de manager et de gestion des ressources humaines qui a la connaissance des métiers. « Le social, on y vient pas par hasard, explique Frédéric, la finalité pour les salariés, c’est l’accès à l’autonomie des jeunes par l’accompagnement ». Il faut à la fois avoir un goût pour autrui, des compétences techniques et savoir gérer ses émotions. Les Missions Locales accueillent un public jeune, désorienté, défavorisé, en manque de repères. « On s’investit beaucoup et on peut parfois se perdre dans l’accompagnement de la jeunesse : tout l’enjeu de l’accueil et de l’accompagnement est de se fixer une limite à l’empathie et d’agir en professionnel ». Les conseillers s’appuient sur des techniques d’entretien, connaissent les ressources des nombreux partenaires de la Mission Locale qui sont en première ligne des politiques publiques.

Ainsi, la Mission Locale ressemble à une TPE à qui l’Etat demande des comptes au nom de la société. Quelle singularité ! « Les pouvoirs publics demandent du reporting de l’activité et agissent en partenaires ; nous avons du mal à valoriser le travail social d’accompagnement et d’écoute ; par exemple, le nombre de contrats à durée indéterminée conclu sur un territoire ne résume pas en soi tout le travail d’écoute et de propositions qui se fait lors des entretiens avec les jeunes ; ce professionnalisme-là n’est pas mesurable, pour autant c’est bien ce dernier qui permet l’accès à l’emploi des jeunes ».

A l’articulation entre un public aux demandes fortes, précises, individuelles et des injonctions collectives dans tous les domaines (emploi, logement, formation, santé, culture, mobilité, financements…), peu connues du grand public, les Missions Locales vivent et se pilotent comme des petites entreprises qui, comme les TPE, fondent leur activité sur une passion partagée par une petite équipe et des managers très proches du travail quotidien.

L’article complet sur  : http://www.larevuecadres.fr/paroles-de-professionnels

Publié dans Synami | Laisser un commentaire

ADIEU BERTRAND, TA CONCEPTION DE L’ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES A JAMAIS NOUS GUIDERA !

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de celui sans qui beaucoup de jeunes n’auraient pas eu un lieu d’écoute et d’accompagnement dans leurs projets.

Les 13000 salariés du réseau ne seraient pas là, s’il n’avait pas eu l’idée géniale de créer les Missions Locales !

Au revoir Bertrand Schwartz, tu vas énormément nous manquer mais ton héritage (la culture commune) restera et reste dans nos cœurs ainsi que dans notre appréhension de nos métiers : Pour et Avec les Jeunes est notre credo.

Le Synami publiera à la rentrée, pour que tout le monde puisse en profiter au maximum, des vidéos de notre ami disparu.

Publié dans Synami | Laisser un commentaire

NEGO SALAIRES CCN ML/PAIO

banniere_nego_salaires_-_juin_2016

Déclaration du Conseil Syndical – NAO – Juin 2016
 
Les membres du Conseil Syndical (1 représentant par région) se sont entretenus tout le weekend du 18 et 19 juin et le lundi 20 juin suite à la proposition de l’UNML de porter le coût du point à 4,55€ soit une augmentation de 5 cts applicables au 1er septembre 2016 et d’avancer en juin 2017 (au lieu d’Octobre) la négociation salaire.
 
Les négociateurs du Synami ont rappelé que la négociation s’est tenue dans un cadre intersyndical et que l’ensemble des débats, côté organisations syndicales de salariés, a été fait d’une seule voix comme cela se fait depuis la fin de l’année 2015. Il a fallu huit suspensions de séance pour faire monter la proposition des employeurs.
 
L’énergie dépensée pour arriver à un accord est considérable car il faut sans cesse rappeler aux employeurs que les salariés attendent du concret. La délégation UNML avait calé son mandat sur les négociations tenues dans la fonction publique. Que ce soit à la Sécurité Sociale, les organismes sociaux, fonction publique territoriale et même Pole Emploi, il faut savoir que toutes ces branches n’ont rien eu (Pole Emploi !) ou obtenu au plus 1,2%. Le 4,55 proposé correspond à 1,1% d’augmentation. L’UNML l’évalue à environ 5 millions d’euros.
 
L’augmentation est-elle légitime ? Oui, elle l’est. Son montant est-il à la hauteur ? Bien évidemment que NON ! Nous sommes dans la même colère que nos collègues. À l’heure où l’UNML déclare dans son manifeste que notre travail mérite d’être soutenu, lui-même valorise nos efforts par une augmentation faible. Ce n’est pas comme cela que l’on va apaiser la relation entre les salariés et leurs employeurs. Arrêtons de dire qu’ils n’entendent pas puisque lors de la négociation, leur délégation a admis que nos rémunérations devaient être revues à la hausse. C’est le niveau de reconnaissance qui doit changer…et pour cela, au lieu de nous parler de leurs difficultés à obtenir des budgets, nous attendons plutôt de voir une pression des présidents visible auprès des pouvoirs publics et de leurs propres collectivités visant à consolider les financements. Les salariés ont déjà beaucoup de travail avec les jeunes et ne peuvent entendre que leurs employeurs « font que ce qu’ils peuvent » ! Face au public, nous ne pouvons pas être fatalistes – d’ailleurs, on nous met assez de pression sur I-Milo pour ne pas l’oublier – alors leurs complaintes sont inaudibles.
 
L’UNML nous parle d’une masse salariale qui augmente donc il y a des salaires bougeant à la hausse. Oui mais pour qui ? L’injustice dans les structures, ce sont l’explosion de recrutement de cadres (+8,5%) en 2015 et les écarts de plus en plus criants entre les cotations 11 et 12 avec les cotations 15 et 16. Les présidents au local en sont les responsables. Le non-respect de l’obligation conventionnelle de répondre à l’enquête salaire par 40% des structures, c’est l’UNML qui en est responsable et cela donne échappatoire à ceux qui profitent du système.
 
Au-delà du coût du point qui favorise au final en proportion les salaires les plus hauts, il faut remonter au plus vite les indices professionnels des collègues cotés 11 et 12 tout en intégrant de nouvelles compétences directement valorisées. Cela passe par des propositions sur la classification que nous ferons à nouveau lors de la prochaine négociation en Octobre 2016. Nous reviendrons aussi avec notre revendication sur l’amélioration de la prise en charge conventionnelle des carences maladies car encore une fois, les employeurs ne veulent pas en discuter – nous y voyons un blocage patronal idéologique intolérable !
 
En termes de calendrier, l’IGAS rendra son enquête au plus tard fin septembre et le projet de loi de finances pour l’année 2017 commencera à être débattu au même moment. Le Synami fera tout ce qui est de son ressort pour que le budget socle atteigne enfin le montant nécessaire pour dégripper l’ensemble des mécanismes de rémunération du réseau. Nous avons les moyens de faire des actions visibles, nous les préparerons cet été pour la rentrée.

Pour en revenir à la proposition de porter le coût du point à 4,55€ soit une augmentation de 5cts applicable au 1er septembre 2016 et l’avancée en juin 2017 (au lieu d’Octobre) de la négociation salaire pour l’an prochain. Une fois dit tout le mal que nous en pensons, relever sa faiblesse, la tension sociale dans les structures qu’elle n’apaise pas et le sentiment que nous devons toujours faire plus que la normale pour obtenir notre dû, que pensons-nous ? Les membres du Conseil Syndical ne se satisfont pas de ce 4,55€ qui ne soulève aucun enthousiasme, c’est un euphémisme.
 
Toutefois, notre rôle de syndicat est :
d’améliorer notre CCN et le système de classification – rémunération en est le cœur. Tout ce qui contribue à le consolider (ou colmater des brèches) doit être considéré.
de ne rien lâcher quand nos salaires peinent à approcher les salaires moyens ouvrier et employés en France, nous n’oublions pas que beaucoup de nos collègues ont un emploi en plus le weekend pour arrondir les fins de mois, d’autres sont souvent à 20,00€ près en…milieu de mois et nous ne parlons pas des temps partiel qui n’arrivent pas à avoir de temps plein.
de ne pas laisser 5 millions d’euros à la main des employeurs car cet argent est le fruit du travail des salariés, ce n’est pas un cadeau, c’est juste une partie de ce qui nous est dû dans la redistribution de la richesse que nous produisons.

Alors, après vote, le Synami CFDT décide d’engager sa signature pour récupérer cette augmentation. Nous le faisons sans idéologie, ni posture, ni démagogie. Pour nous, il s’agit uniquement d’une étape, un premier temps de négociation salaire car le second sera en Juin 2017 et le temps passe vite. Nous serons prêts à ce moment pour obtenir une nouvelle montée de la rémunération à travers tous les leviers possibles.

Le Conseil Syndical National

Tract Synami-CFDT – NAO Branche ML PAIO – Juin 2016

Publié dans Synami | Laisser un commentaire

L’AGONIE ORGANISEE DU CIVIS… REAGISSONS !

Actuellement dans les Missions Locales, ça gronde contre les conséquences de la fin non gérée du CIVIS. Des collègues nous alertent sur la difficulté dans laquelle ils se retrouvent face aux jeunes suite à la baisse des fonds CIVIS.

Il n’y a plus de fonds sur le CIVIS ou c’est tout comme, on le sait…

Il n’empêche que l’état a toujours des devoirs au regard des jeunes qui sont déjà dans le dispositif et qui ont besoin de leurs allocations pour faire aboutir leurs projets.

civis 2

Nous proposons aux jeunes engagés dans le CIVIS et qui ont besoin de leurs allocations d’écrire un courrier à destination de la DIRECCTE pour leur rappeler leurs devoirs et obligations.

Chaque jeune rappelle :
– qu’il a signé son engagement dans ce dispositif ;
– qu’il a validé son projet avec son conseiller ;
– que ses allocations sont nécessaires à la réalisation de son projet ;
– que ses allocations vont pallier à tel et tel besoin.

Son conseiller peut l’accompagner dans la formulation de l’écrit.

Le courrier est à envoyer à la DIRECCTE de son territoire.
Retrouver l’adresse de votre DIRECCTE sur centre-val-de-loire.direccte.gouv.fr

Une copie est à envoyer à la direction de la ML, ainsi qu’au Synami régional qui fera le relais vers le national.
(contact@synamicentre-cfdt.fr ou facebook.com/SynamiCentreCfdt)

De même les directeurs des ML peuvent se servir de ces courriers en commission devant les DIRECCTE pour faire pression et leur demander comment nous sommes censés répondre à cette demande légitime des jeunes ?

Rien ne garantit le succès de cette action, mais ne rien faire équivaut à valider l’action actuelle de la DIRECCTE avec le programme CIVIS et son enveloppe financière.

Le Synami CFDT réclame des aménagements pour tenir les engagements vis-à-vis des jeunes déjà en parcours dans le dispositif  et que des consignes claires soient données de manière nationale par la DGEFP pour 2016.

Publié dans Synami | Laisser un commentaire

Lettre d’information n°8

Au sommaire ce mois-ci :
Vie du Bureau : Nos actions proches de vous, dans l’intérêt de tous
► Région Centre : AG des adhérents / Réunion d’information syndicale
Actualité nationale : La mutuelle de branche
► Si on parlait d’elles/eux : Chargés d’accueil en ML

Retrouvez l’intégralité de notre lettre en pièce jointe en cliquant sur le document ci-dessous.

Lettre 8

N’hésitez pas à parler de cette lettre à tous vos collègues et à l’afficher dans vos structures !

Bonne lecture.

Publié dans Région Centre | Laisser un commentaire

Assemblée générale des adhérents et Réunion d’information syndicale

RIS AG 11mars2016

1) En préparation du 7ème congrès national, nous invitons les adhérents à participer à l’Assemblée Générale qui aura lieu, en Région Centre-Val de Loire, le VENDREDI 11 MARS 2016 à Blois.

Attention : vous devez avertir votre direction 1 mois à l’avance, donc avant le 11 février (la semaine prochaine !).
Vous trouverez la Déclaration d’absence Assemblée Générale des adhérents à transmettre à votre direction.
Chaque section syndicale a droit à 5 jours ouvrés par an (art. 2.1.7.2 de notre CCN). Chaque adhérent a donc la possibilité d’utiliser 1 demi-journée pour assister à l’AG.

Vous trouverez également le rapport d’activité et la motion d’orientation du Synami qui seront à amender et/ou valider pendant notre AG sur le lien suivant :  http://synami-cfdt.fr/spip.php?article557
Nous vous invitons à prendre connaissance de ces documents avant le 11 mars prochain.

2) Nous profiterons de cette occasion pour organiser, l’après-midi, une Réunion d’information Syndicale à l’attention des salariés de notre réseau.
Nous ferons un point sur la mise en place de la mutuelle qui a soulevé beaucoup de questions.
Nous aborderons également la Garantie Jeunes : échanges sur la mise en œuvre actuelle (départements 18, 36 et 37), sur la préparation du dispositif (départements 28, 41 et 45), difficultés et satisfactions rencontrées…

Vous trouverez la Déclaration d’absence Réunion d’information syndicale à donner à votre employeur. Il n’y a pas de délai imposé et il ne peut s’y opposer. Chaque salarié a droit à 2 1/2 journées d’information syndicale par an (art. 2.1.5 de notre CCN).

Nous comptons sur votre présence.
Nous restons disponibles pour répondre à vos questions.

Publié dans Région Centre | Laisser un commentaire

BONNE ANNEE 2016

Publié dans Synami | Laisser un commentaire